Anatolij Vassiliev

Anatoli Vassiliev entre en 1968 au Conservatoire d’état d’Art dramatique Lounatcharski de Moscou (Gitis) et suit les cours d'André Popov et de Marie Knebel. Après des débuts difficiles dans les années 70, il est révélé à la fin des années 80 en Europe occidentale par son adaptation de Six Personnages en quête d'auteur de Pirandello, et par Cerceau, que Viktor Slavkine écrit spécialement pour sa troupe. Anatoli Vassiliev acquiert progressivement sa renommée internationale. En 1992, il monte Le Bal Masqué de Lermontov à la Comédie Française, puis, l'année suivante à Rome, A Chacun sa vérité de L. Pirandello ou Leçons de mise en scène. En 1997, Les Lamentations de Jérémie est joué au Festival d’Avignon, en Italie et à Hebbel-Theater à Berlin. Ce spectacle a reçu le Prix national de la Russie “Masque d’Or” du meilleur spectacle et de la meilleure scénographie. En 1998, il présente Don Juan ou le Convive de Pierre de Pouchkine à La Cartoucherie de Vincennes, lieu qu’il apprécie particulièrement et dont il dit : “Le Théâtre du Soleil est un merveilleux atelier de création, un lieu de vie, où on ne sent pas l’odeur de répertoire. Je me sens proche de la manière dont on y travaille, jusqu’à celle dont Ariane Mnouchkine accueille les gens à l’entrée, et même dans le simple geste de déchirer les billets. Jamais je n’aurais osé rêver y jouer un jour”.


D'autre part, il monte Le Songe de l’Oncle de Dostoïevski en 1994 à Budapest, La Dame de Pique de Tchaïkovski en 1996 à Weimar, Les Coupables Innocents d’Ostrovski en 1998 en Hongrie, Mozart et Salieri de Pouchkine en 2000, Médée-Materiau de Heiner Müller en 2001. En 2005, il monte à nouveau Médée-Materiau, qui est joué au Théâtre des Amandiers à Nanterre. En 2006, il présente au théâtre de l'Odéon Du voyage d’Onéguine d’après Pouchkine et Tchaïkovski et il est invité au Festival d’Avignon pour y présenter Mozart et Salieri et L’Iliade.


La Perestroïka de Gorbatchev lui offre la possibilité de diriger à partir de 1987 l'Ecole d’Art dramatique de Moscou. Cette école, qu'il dirige encore, apparait comme un laboratoire dans lequel sont menées des expériences sur la voix ou sur la place du corps. Anatoli Vassiliev s'est attaché à mettre en scène des textes non théâtraux pour en interroger l'oralité et leur valeur littéraire.

MEMBRE D'HONNEUR
Metteur en scène


Russie