NOVEMBRE SERBE

480x300

Plus de 70 000 personnes avec un passeport serbe habitent à Vienne, sans compter les Serbes nationalisés de la deuxième, troisième et quatrième génération. La migration serbe à Vienne a une longue tradition et a connu son point culminant à partir des années 60 à cause de la migration de main-œuvre de milliers de Serbes. Aujourd’hui, Vienne est une des plus grandes villes serbes.


L’échange culturel entre Vienne et Belgrade a toujours été intensif. Les activités culturelles des travailleurs immigrés font partie de l’héritage culturel de Vienne ; des artistes serbes comme Marina Abramović, Milo Dor et Bogdan Bogdanović ont donné des impulsions durables au monde artistique autrichien.


Aujourd’hui, une scène artistique vitale, qui se trouve surtout à Belgrade, forge et caractérise la vie culturelle serbe. Une jeune génération de professionnels du théâtre attire l’attention sur les scènes établies et libres à Belgrade et à Novi Sad, dans des petites villes et des pays voisins, et est même partiellement connue dans l’espace germanophone. La contribution discursive et réconciliante des arts au travail de mémoire des guerres de Yougoslavie des années 1990 est montrée dans leurs travaux. Mais la guerre n’est certainement pas le seul sujet. La jeune génération d’artistes se penche entre autres sur des sujets comme les stéréotypes sexistes, la violence domestique, la politique serbe depuis la fin de la guerre ou la chute de Milošević, et met en scène de manière exceptionnelle la littérature dramatique, qu’elle soit ancienne, nouvelle, locale ou internationale.


L’accent mis sur la Serbie par le Volkstheater Wien invite à redécouvrir la Serbie en tant qu’espace théâtral, lieu de mémoire, lieu de création d’art contemporain et espace de discussion. La représentation de la comédie Pokojnik du « Nestroy serbe », Branislav Nušić, (Jugoslovensko Dramsko Pozorište en coopération avec la Faculté des Arts Dramatiques à Belgrade) sur la grande scène du Volkstheater en est le début. Le jeune réalisateur Igor Vuk Torbica a déjà travaillé sur cette mise en scène au cours de ses études et est considéré en tant qu’espoir de la jeune génération, notamment grâce à sa mise à jour sans peur et sa précision humoriste.


D’autres représentations contemporaines avec un point de référence serbe se tiendront au Volx/Margareten, la deuxième scène du Volkstheatrer, entre autres la version vertigineuse du Katzelmacher de Fassbinder par la réalisatrice Bojana Lazić et Aleksandra Zec de Oliver Frljić, qui traite de l’assassinat d’une fille serbe de douze ans par les milices croates pendant la guerre en 1991. Le programme sera accompagné de La langue de l’autre, un projet d’échange du Junges Volkstheater avec des Serbes apprenant l’allemand et des Autrichiens apprenant le serbe. Une soirée film présentera le cinéma serbe de nos jours. Et on cuisinera et dansera ensemble.



CONFLICT ZONES ROUND TABLE


À la fin, une table ronde avec les représentants artistiques des théâtres de l’UTE aura lieu dans le cadre du programme CONFLICT ZONES.


CONFERECE

Théâtre pendant les guerres de Yougoslavie 1991-1995


En même temps et en échange aura lieu le congrès Théâtre durant les guerres de Yougoslavie de 1991 à 1995, planifié et mis en œuvre par Prof. Stefan Hulfeld, Senad Halilbasic et Jana Dolečki (institut du théâtre, du film et des médias de l’université de Vienne) en coopération avec Blockfrei un mouvement des non-aligné.


____________________


THINK-TANK YOUNG JOURNALISTS ONLINE


Le groupe central du programme YOUNG EUROPEAN JOURNALISTS ON PERFORMING ARTS formé de cinq journalistes d’Italie, de Norvège, du Portugal, de Russie et de Bulgarie et ainsi que par de nouveaux participants d’autres pays européens accompagneront le NOVEMBRE SERBE à Vienne – en écrivant sur les spectacles, en prenant part aux discussions publiques, en faisant des interviews – et essayeront ainsi de saisir l’essentiel de ce projet entre la politique et les arts.

Plus d'infos


Apprenez plus sur le Novembre Serbe