Les réfugiés et les arts

Depuis 2011, l’UTE ouvre un chantier de réflexion sur la question des frontières internes et externes de l’Europe : elle prend en compte les antagonismes entres intérêts européens, nationaux et régionaux dans la crise des réfugiés, le débat sur la « régulation des frontières extérieures », les raisons et conséquences de la fermeture et ouverture des frontières.


Nous ne cessons de questionner le rôle de l’art et du théâtre dans cette crise protéiforme et sans fin. Les spectacles qui mettent des réfugiés sur le devant de la scène représentent-ils pour eux un moyen de se rencontrer et de s’organiser ou seulement de s’exposer ? Les auteurs qui ne viennent pas de régions en difficulté peuvent-ils écrire sur de tels sujets ? Les pièces écrites par des auteurs syriens ou afghans sont-elles forcément meilleures ? L’art doit-elle préférer une approche directe ou indirecte des sujets difficiles ? Quel est le lieu adéquat pour rencontrer des personnes en quête de protection ? La scène ? L’écriture ? Le processus de recherche ? Le cadre des symposiums ? Celui des projets d’aide humanitaire ? Le théâtre permet-il une approche théorique ?

Nous considérons qu’il est de notre responsabilité de jeter la lumière sur ces questions.