Pré-Hamlet

Preamleto_Roma

Toutes les images © Serafino Amato


Le roi Hamlet n’est pas mort. Hamlet convoite le pouvoir. Gertrude a l’impression que tout lui échappe. Claudius ne souhaite pas empoisonner son frère. Polonius attend que les choses tournent à son avantage.


Les dynamiques de la mafia ont pris le contrôle des personnages de Hamlet. Le Roi, qui est toujours vivant, a l’air malade et est responsable comme l’était Provenzano, comme un chef de la mafia, cette très grande « entreprise » que l’Italie a exportée à travers le monde. Les personnages de Shakespeare sont représentés en privé, avant que la tragédie ne commence. Et ils sont différents. Avant la vengeance, avant la violence, lorsque les choses pouvaient encore être réparées.


Le roi Hamlet est malade : Il a perdu la mémoire. Il ne se rappelle plus de rien, ni de qui est sa femme, ni de qui est son fils, ni à quoi ressemble son frère Claudius. Il ne se rappelle plus de rien et pourtant il commande toujours, il a toujours le droit de vie ou de mort sur tous. La perte de mémoire continue confère au personnage du Roi une sorte de tendresse et un grand effet comique, qui constituent les éléments clés de la pièce, accompagnés par la présence de Polonius, un conseiller craintif toujours incertain et pourtant toujours prêt à « courir au secours des vainqueurs », comme le sont beaucoup de personnalités en Italie. Offrir un aperçu de ce qui aurait pu se passer avant Hamlet signifie essayer de découvrir les intrigues et les motivations que le spectateur ne peut qu’imaginer dans la pièce de Shakespeare. On a le sentiment que c’est cette histoire qui est devenue le modèle de l’humanité et qui se répète avec succès dans la vie de tous les jours ; une histoire qui n’aurait pas lieu si elle n’avait pas été inspirée par le mot « vengeance ».


Dans Preamleto (Pré-Hamlet), Michele Santeramo, à partir du Hamlet de Shakespeare, raconte ce qu’il s’est passé avant la mort du Roi Hamlet et propose une réinterprétation contemporaine de l’analyse du concept de pouvoir. « C’est à ça que sert le pouvoir : continuer à commander ». Mais peut-être que les choses ne peuvent pas être réparées.


Santeramo et Cruciani actualisent l’œuvre de Shakespeare sans la traduire, bien qu’ils la modifient complètement.

___________


Preamleto

Pré-Hamlet


Par Michele Santeramo

Mise en scène | Veronica Cruciani


Costumes et scénographie | Barbara Bessi

Lumières | Gianni Staropoli

Musique | Paolo Coletta


Acteurs | Massimp Foschi, Manuela Mandracchia,

Michele Sinisi, Gianni D’Addario and Matteo Sintucci


Inauguré en été 2015

Au Napoli Film Festival, Italie


Représentations au Teatro Argentina, Teatro di Roma, Italie

30 mars – 10 avril 2016


Une production du Teatro di Roma

Performance

Michele Santeramo | Veronica Cruciani

30 mars - 10 avril, 2016

Teatro Argentina
Teatro di Roma
More info